Qu'est-ce que le déficit d'humidité?

Dernière mise à jour : 2 févr.

Abonnez-vous à l'infolettre

Non, le concept de déficit d'humidité n'a pas été inventé juste pour compliquer la vie aux producteurs agricoles. Le déficit d'humidité est un indicateur clé de la gestion climatique en serre. Voici en quelques lignes la distinction entre l'humidité relative (%) et le déficit d'humidité.


HUMIDITÉ RELATIVE (HR)


L’humidité relative est le rapport entre la quantité d’eau contenue dans l’air et la quantité nécessaire pour atteindre la saturation à une température donnée. Plus la température est élevée, plus l’air pourra contenir d’eau avant d’atteindre la saturation. L'humidité relative est donc affichée en %. Exemple: 40% d'humidité relative veut dire que nous sommes à 40% de la capacité de saturation de l'air.


Puisque cette valeur ne fournit pas d’indication directe sur la transpiration du plant, son utilisation est peu recommandée.


DÉFICIT D’HUMIDITÉ (DH)


Le DH est la masse d’eau qu’il manque pour que l’air atteigne la saturation (c-à-d. 100% d’humidité). On peut le voir comme «l’espace» disponible pour emmagasiner l’eau dans l’air. Plus «l’espace» est grand plus la force d'évaporation de l'air sera grande sur la plante. Le déficit d'humidité permet donc d’établir un lien direct entre l’humidité et la santé de la plante sans avoir à considérer la température. Le déficit d'humidité est exprimé en gramme d'eau par mètre cube d'air.

Exemple: Un DH de 3 g/m3 veut dire qu'il manque 3g d'eau afin d'atteindre la saturation dans le mètre cube mesuré.


Comment le DH affecte-t-il les plantes ?

Le taux de transpiration d’une plante dépend de la force d’évaporation (mesurée avec le DH) et l’ouverture des stomates.


  • Plus l’air est sec, plus le déficit d’humidité est élevé et plus les plantes transpirent. Par contre, si c’est trop sec, les plantes referment leur stomates pour conserver leur eau. Ce qui nuit à leur croissance.


  • À l’opposé, un déficit d’humidité trop bas (trop humide) n’offrira pas la force d’évaporation nécessaire à la transpiration. La plante arrête pratiquement de transpirer ce qui limite la circulation de l’eau et des minéraux dans la plante et conséquemment, les échanges gazeux entre les feuilles et l'air.


Conséquences d'une mauvaise gestion de l'humidité

Humidité trop basse

Humidité trop haute

​Flétrissement

Mollesse

Retard de croissance

Maladie foliaire accrue

Feuilles plus petites

Carences en nutriments

Brûlure du bout de la feuille

Maladies racinaires accrues

Replis de feuille

Oedèmes


Avantages d'une gestion avec déficit d’humidité (DH)

Lorsqu’on utilise l’humidité relative, l’intervalle optimal pour les plantes varie selon la température. Or, avec une gestion par déficit d’humidité, l’intervalle reste le même peu importe la température. Ceci qui permet de simplifier la gestion.

Température

15°C

20°C

30°C

Gestion HR

50-75%

60-80%

80-90%

Gestion DH

3-7 g/m3

3-7 g/m3

3-7 g/m3

L'humidité relative ne permet pas de mesurer directement l'effet sur la plante. En effet, 80% d'humidité relative est agréable pour la plante à 20°C mais sera trop humide à 15°C. Cette dépendance à la température rend l'évaluation des conditions optimales plus complexes avec l'humidité relative.


Comment Orisha utilise-t-il le DH pour optimiser la croissance des plantes ?

L’assistant de production Orisha s’assure d'effectuer un pulse de déshumidification dès que la valeur de DH est en dessous du seuil demandé par le programme. On s’assure ainsi que les plantes sont exposées à une humidité ambiante qui favorise leur croissance et évite les désordres reliés à une humidité trop élevée.


Le pulse peut être réalisé avec ou sans chauffage. L’utilisateur peut définir le pourcentage d'ouverture des toits, la durée du pulse et entre un temps minimum entre chaque pulse(cycle).


En cas de doute, les valeurs par défaut du programme peuvent être utilisées. Ces dernières sont fixées à une ouverture de toits de 25%, une durée de pulse de 6 min, une durée de cycle de 40 min et avec l’aide du chauffage.


L’assistant de production Orisha trouvera la meilleure combinaison des trois actions suivantes :

  • Chauffer;

  • Partir la pression positive;

  • S’assurer que les toits sont ouverts.

Stratégie

Chauffage


Ventilateurs


Toits


Désactivé

En continu

Pulsation

Pulsation Froid

Chauffage seul

: Action réalisée par pulse

一 : Action réalisée en continu


Le choix de la stratégie est fait selon l’écart entre la cible de température pour la serre et la température extérieure. L’objectif d’Orisha étant de :

  • Maximiser la déshumidification;

  • Minimiser la consommation d’énergie;

  • Minimiser l’impact sur les plantes.


Choix du seuil de déshumidification

Le choix d’un bon seuil de déshumidification varie en fonction de l’espèce et le stade de développement de la plante. Par exemple, pour la culture de tomate, un bon seuil de DH pourrait être de 3 g/m3 le jour et 2.5 g/m3 la nuit.


Pour des conseils spécifiques à vos culture, consultez un conseiller en production.







SOURCES


https://www.pthorticulture.com/fr/zone-du-savoir/comment-lhumidite-influence-t-elle-la-qualite-des-cultures/


https://www.mapaq.gouv.qc.ca/SiteCollectionDocuments/Regions/ChaudiereAppalaches/Espaceconferences/Jacques_Theriault_24_hrs_deshumidification_06022018.pdf


https://www.canr.msu.edu/news/why_should_greenhouse_growers_pay_attention_to_vapor_pressure_deficit_and_n


https://www.questclimate.com/fr/vapeur-pression-d%C3%A9ficit-int%C3%A9rieur-croissance-partie-3-different-stages-vpd/