top of page

Chauffage par biomasse : c’est-tu pour moi ?

Dernière mise à jour : 20 juin

Quel chaleureux plaisir de te revoir sur le blogue Orisha, cher lecteur/chère lectrice ! Ceci sera la partie 1 sur 3 d'une série d'articles de blogues sur le chauffage pa biomasse.


La saison estivale touche à sa fin et transitionne vers les récoltes plus automnales. D’ailleurs, comment a été ta saison? As-tu fait face à des difficultés particulières? As-tu eu de bons coups ? J’aimerais vraiment que tu me racontes tout cela! N’hésite pas à m’écrire par courriel (orishasarah.manzano@gmail.com) ou via nos médias sociaux. Bref, la température baisse, mais il faut tout de même garder tous les bâtiments chauffés. Dans un climat hivernal, la production serricole vient avec son lot de défis. Considérant que les cultures les plus populaires requièrent une température élevée, la facture d’énergie monte vite.


C’est connu, le chauffage au propane coûte cher tout en étant peu écologique. De nombreux serriculteurs considèrent de plus en plus le chauffage par biomasse. Peut-être que tu te demandes : « mais Sarah, c’est quoi du chauffage par biomasse? »


DÉFINITION

En termes d’énergie, la biomasse réfère à toute masse vivante à partir de laquelle on obtient de l’énergie grâce à la combustion ou la fermentation. Dans le cas des serres, une source de biomasse fréquemment utilisée est la biomasse forestière. Elle vient sous forme de bûche, de copeaux ou de granules de bois. Cette biomasse est brûlée dans une chaudière.


« Une chaudière ? Je comprends pas Sarah, d’habitude on chauffe avec une fournaise non ? » Bin oui et non! Il y a généralement deux mécanismes communs pour t’aider à chauffer ta serre : l’équipement qui chauffe l’air, nommé communément fournaise et l’équipement qui chauffe l’eau, nommé chaudière. Le fonctionnement d'une chaudière est assez simple :

  1. Le bois est brûlé dans la chaudière pour chauffer de l’eau.

  2. L’eau chauffée est distribuée dans la serre via un système de tuyauterie.

  3. La chaleur est transférée dans l’air soit par radiation des tuyaux, soit par un aérotherme.

Pour optimiser sa durée de vie, ce genre d’équipement doit être vérifié annuellement et nettoyé à l’occasion : nettoyer sa surface extérieure, nettoyer/inspecter les joints, etc.


Cette 1re partie de blogue présentera des informations plus techniques et éducatives. Les parties 2 et 3 de cette série présenteront les témoignages de deux clients Orisha utilisant ce type de système. Je vais me concentrer sur deux équipements :

  • La chaudière biomasse à bûches de bois.

  • La chaudière biomasse à copeaux de bois.

POURQUOI CHOISIR LA BIOMASSE?

Avantages

1. Subventions disponibles Plusieurs équipements de chauffage par biomasse sont éligibles à des programmes d’aide financière, comme le programme Primevert, Bioénergies ou certains programmes offerts par la direction régionale de l’Abitibi-Témiscamingue-Nord-Du-Québec.


2. Combustible peu coûteux, voire gratuit

La biomasse forestière est l’un des combustibles les plus faciles à trouver. Gratuitement ou à moindre prix. Plusieurs producteurs sont capables de trouver des sources leur offrant du bois gratuitement (spoiler alert: c’est le cas de nos deux témoignages dans les parties 2 et 3)! De plus, grâce au faible coût du combustible, le retour sur investissement est rapide lorsqu’une grande quantité d’énergie est nécessaire.


3. Faible taux d’émission de CO2

Comparativement au chauffage par combustibles fossiles, l’effet à long terme du chauffage par biomasse sur l’environnement est limité, mais tout de même présent. Il faut cependant noter que la clé pour que ce faible taux d'émission de CO2 soit d'actualité réside dans la mise en application d'une exploitation forestière durable et responsable.

Désavantages

1. Coût initial Le prix de l’équipement de chauffage par biomasse et son installation est assez élevé. On peut s'attendre à débourser 30000$ et plus pour ce genre de projet. Le coût initial est important, mais c’est un investissement à long terme qui perdurera pendant au moins une vingtaine d’années.


2. Espace nécessaire

Il faudra t’assurer d’avoir au minimum un espace de 6 à 8 m² pour l’installation de la chaudière et le stockage du bois.


3. Énergie propre, mais…

Bien que le bois soit considéré comme une énergie renouvelable, il ne l’est pas au même titre que l’énergie solaire ou éolienne. La reconstitution de l’écosystème forestier se compte en décennies. De plus, la combustion de bois peut conduire à des niveaux élevés de particules dans l’air, qui peuvent avoir un impact sur la qualité de l’air et sur les voies respiratoires.

« C’est bin beau de savoir tout ça Sarah, mais par où je dois commencer mes démarches ? »

QUOI PRÉVOIR?

Forme du combustible de biomasse et sa provenance

La forme que prend ton combustible aura un impact sur ton équipement de chauffage final. Certains équipements seront plus capricieux avec leurs combustibles que d’autres. Le bois est le plus commun, mais il est possible que tu fasses un autre choix en fonction de tes besoins et des combustibles disponibles à proximité. Voici quelques formes de combustibles :

  • Granules de bois

  • Copeaux de bois

  • Bûches entières

  • Débris de construction et de démolition (dérivés de bois)

  • Déchets agricoles (matières végétales, graines)

  • Déchets issus de la transformation d’aliments

  • etc.

Voici quelques critères à considérer pour choisir ta source de combustible :


1. Fiabilité L’approvisionnement à long terme et de la qualité du combustible (uniformité, valeur thermique, teneur en cendres et pourcentage d’humidité, etc.)


2. Prix

Considérez les prix actuels et ses variations pour le futur ainsi que le prix de l’équipement nécessaire pour ce type de combustible.


3. Facilité de gestion sur place

Tout ce qui touche à l’entreposage, transport du combustible vers la chaudière, transformation du bois en copeaux ou granules, etc.


Choisir sa machine

Pour rentabiliser ton chauffage à travers les années, il est important de ne pas faire de compromis lors du choix d’équipement. Acheter un équipement neuf sera coûteux sur le moment, mais représentera un investissement pouvant durer plus de 20 ans! Acheter un équipement usagé est peut-être moins coûteux sur le moment, mais il peut causer des dépenses surprises à travers les années en plus de ne généralement pas être subventionnable par sa nature usagée.


Aussi, assure-toi avant l’achat que ton équipement est assez puissant pour entièrement chauffer l’espace requis. La puissance d'un appareil de chauffage s'exprime en British Thermal Units par heure (BTU/h) ou en kW.


Attention!

BTU et kWh = énergie

BTU/h et kW = puissance

Les fabricants de chaudières peuvent t’aider à choisir un système dont la puissance sera suffisante pour soutenir tes besoins en chauffage. Un ingénieur spécialisé en biomasse, en système de chauffage ou en chauffage de bâtiments sera ta meilleure ressource! Pour des références en fabricants de chaudières ou en ingénierie, n’hésite pas à nous contacter.


Espace d’entreposage

Voici quelques facteurs pertinents à prendre en compte afin de choisir et bien gérer ton espace de stockage:


1. Dimension du bâtiment Ton installation d’entreposage doit être grande; ton combustible de biomasse peut rapidement devenir encombrant. Calcule tes besoins en fonction de la quantité d’énergie nécessaire ainsi que la fréquence de l’approvisionnement.


2. Accès

Idéalement, le bâtiment d’entreposage doit se trouver près de la chaufferie pour faciliter le transfert du combustible dans la cuve de combustion. Le bâtiment doit aussi fournir un accès facile aux véhicules de livraisons dans toutes les conditions météorologiques. Un système de rangement efficace te permettra d’identifier le combustible plus vieux pour l’utiliser en premier. Si tu utilises du bois, je te conseille de garder ton meilleur bois pour les saisons automnales/hivernales et d'utiliser le bois moins sec ou en moins bon état pour l’été.


3. Humidité

L’humidité, sur tout concernant le bois, sera ton pire ennemi: il ne faut donc pas laisser ta biomasse à l’air libre. Il est important que le lieu d’entreposage puisse protéger de la pluie et du sol humide. Il faut aussi que le bois puisse sécher sans accumuler l’humidité.


4. Sécurité

Pour des question de sécurité d’entreposage, limite la hauteur des tas à moins de 8m et leur grosseur à moins de 1000 m3/tas. Il est important de fournir un accès facile aux véhicules de secours en tout temps.


Trouver un moyen de se débarrasser ou d’utiliser les cendres.

Les cendres demeurant dans la chambre de combustion peuvent être éliminées dans une décharge ou être ajoutées comme amendement dans le sol afin d’améliorer ses propriétés agronomiques. Simple comme ça !


COMPARONS LES 2 ÉQUIPEMENTS

J’ai eu le plaisir d’interviewer deux clients Orisha, Jaymie Thurler de Rutabaga Ranch (Ontario) et Frédéric Tremblay des Jardins d’Élisabeth (Québec)! Jaymie a une chaudière biomasse à bûches tandis que Frédéric possède une chaudière biomasse à copeaux. Ils m’ont parlé de leur expérience avec ce type d’installations, les aspects positifs et négatifs, des coûts que cela implique et bien plus encore ! Je te laisse le plaisir de découvrir leur témoignage dans les parties 2 et 3 de cette série sur la biomasse.

Bien que similaires, la chaudière biomasse à bûches de bois et la chaudière biomasse à copeaux de bois ont chacune leurs particularités. La principale différence entre les deux systèmes réside dans leur capacité de modulation. La chaudière à bûches permet de réduire l’apport d’oxygène à la chambre de combustion déjà remplie. La chaudière à copeaux permet d’arrêter l’ajout de combustible : cela évite les phases de combustion polluantes en absence de demande de chauffage.

Éléments des équipements

Chaudière biomasse à copeaux de bois
  • Le temps investi dans le traitement de la biomasse est moins grand dans le cas des copeaux.

  • C’est un instrument de précision qui mesure la quantité versée de combustible, mesure la quantité de combustible pas brûlé, a système de versement automatique du combustible, etc.

  • Le système à copeaux permet une utilisation plus optimisée du combustible. Cependant, il est important d’avoir un copeau avec un bas taux d’humidité et une granulométrie conforme aux spécifications du fabricant de la chaudière. Bref, le combustible doit être de qualité, contrairement à la chaudière à bûches qui est moins capricieuse au niveau des combustibles.

  • Moins d'effort physique et de temps dépensé grâce à la structure d'entreposage et chargement par le biais d'une vis ! Le cycle peut être programmable à l’avance en fonction des besoins de chauffage.

Chaudière biomasse à bûches de bois
  • Fonctionne avec moins de précision que la chaudière biomasse à copeaux de bois.

  • Équipement moins capricieux concernant le combustible!

  • Offre une combustion lente et efficace

  • Chargement régulier et manuel : ça veut donc dire du temps et de l’énergie physique dédiés à la tâche.

 

Juste avant de conclure, j'aimerais spécifier que chauffer sa serre est un excellent pas, mais ne garantis pas une qualité supérieure de vos récoltes! Pour optimiser sa production, il ne suffit pas de chauffer, mais bien de contrôler le climat à l'intérieur de sa serre. Chaque plant requiert des conditions particulières pour grandir à son meilleur, mais il est très difficile de gérer ce contrôle climatique ou acquérir l'expertise nécessaire pour le faire sans aide. L'automatisation est une solution à ce problème. Si tu as des questions sur l'automatisation, n'hésite pas à contacter notre équipe! J’espère que cette première partie d'article de blogue a pu t’éclaircir. Tu retrouveras dans les 2 prochaines parties les témoignages de Jaymie et Frédéric. Ils te parleront de leur expérience avec leur chaudière biomasse. En attendant de te revoir dans le prochain article de blogue, tu peux m’écrire par courriel ou via nos médiaux sociaux Facebook, Instagram et LinkedIn. Partages moi ton opinion, ton expérience, tes idées de sujets d’articles que tu voudrais lire ou simplement pour me raconter ta journée si tu as envie de jaser ! Tourlou!




767 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout
bottom of page